Amiga days 2

en fouillant dans son grenier Moby a retrouvé une vieille malle faite d un bois perdu , celui de la nostalgie , et l ouvrant a remis la main sur un tas de disquettes … histoire fictive sans doute mais Amiga days 2 est bien disponible sur Bandcamp ! .

L occasion de retrouver certains morceaux de l Alcatraz MegaDemo 4 et de se rappeler qu avant la vague electro dark cyber doom je ne sais quoi , des musiciens comme Moby composaient déjà des .mod mêlant samples de guitares saturées et sonorités électronique liées au materiel de l ‘époque ( soundtracker/protracker )a1598566906_10

FarCry Blood Dragon

far-cry-3-blood-dragon-5163f70570900

Comme déjà évoqué je ne parle ici que des jeux ayant un rapport avec l’univers 16 bits et , ce blood dragon pioche allégrément dans la culture 8bits / 16 bits / bornes d’arcades (*) ainsi que tout le folklore des années 80/90…. « Winners don’t use drugs »… et j’ai pris le temps de le terminer avant de l’évoquer ici en quelques points notables:

– cinématiques Pixel Art (*)

– Régressif assumé

– Musiques parfaites

– Gameplay sobre et efficace

– Humours de cours d’école contagieux

– pas besoin de jouer 600h et de crafter dans tous les sens pour s’amuser

– Musiques parfaites

… maintenant pour les plus jeunes les références risquent de ne pas faire mouche , reste un FPS (classique ) qui ne se prend pas au sérieux tout en respectant le cahier des charges techniques , il se termine assez vite et sortie de la quete principale le reste (conquete des bases ennemies et missions annexes liées ) est redondant et peu interessant néanmoins ce jeux peut justement faire penser à une version moderne (techniquement ) d’une borne d’arcade type action/beat them all … on pose le cerveau , on affute ses reflexes , on prévoit un paquet de pièces et quelques heures pour terminer les niveaux , ni plus ni moins , mais le tout reste trés distrayant si l’on accepte l’état d’esprit 12° degrés afin de profiter de l’ambiance … ajouté à cela un prix tout doux … y a plus qu’a !

Interview avec Ben Daglish

296507_281023668669267_1581845821_n

Véritable couteau Suisse et créateur de l’époque 8/16 bits , Ben est un homme aux multiples facettes qui a bien aimablement répondu à mes quelques questions .

Comme c’est maintenant l’usage VF / VO

Past time

Bonjour Ben , quand et où es tu né ?

Londres en1966

Avant de découvrir le C-64 quels étaient tes centres d’interets?

La musique et la biologie marine

« Music and marine-biology »

Quelles ont été les premières pièces de musique « hors computer » ayant marqué ta jeunesse?

Et bien différents morceaux à différentes pèriodes. « Sloth », by Fairport Convention, « Moby Dick » by Led Zeppelin, and JMJ’s « Equinox », sont les 3 morceaux marquants qui ont marqués mon adolescence

« Gosh. Different tracks at different times, I suppose. « Sloth », by Fairport Convention, « Moby Dick » by Led Zeppelin, and JMJ’s « Equinox » I suppose are the three big ones during my teenage years. »

Comment as tu appris la musique et quel(s) a(ont) été ton(tes) premier(s) instrument(s)?

J’ai commencé très jeune ( 3-4 ans ) avec une flute irlandaise ainsi qu’un harmonica, puis par l’intermediaire de l’école j’ai joué à pas mal d’instruments , du Hautbois en passant par les percussions

« I started young, on penny whistle (flageolet) and mouth organ (harmonica) when I was about 3 or 4, then moved on to a numberof things at school, from oboe to orchestral percussion. »

Comment es tu tombé dans l’informatique ?

La première fois que j’ai vu un ordinateur et plus précisémment que j’y ai joué , c’était un DEC20 à l’université où mon père était chargé de cours. J’ai joué à « Moon Lander » via un teletype , j’entrais des données et le système rendait alors des informations sous forme imprimée «  vous etes 100m au dessus de la surface , voyageant à 5m/s ….. ).

Ma prochaine rencontre fut , aprés l’avoir gagné , un BBC micro pour l’école sur lequel j’ai été authorisé à programmer , suite à cela j’ai fais la connaissance de Tony Crowther , mais ça c’est une autre histoire.

« The very first time I saw a computer, and in fact played a computer game, was a DEC20 terminal at the university my father lectured at. I played « Moon Lander » on a teletype…. type in the numbers, and it would then print off the line of information… »You are 100m above the surface, travelling at 5m/s, with 200kg of fuel left…how much do you want to burn ? » … etc.

The next time was when I won a BBC Micro for the school, so was allowed to program on it, and through that I met Tony Crowther, which is a whole other story  »

Comment as tu composé tes premiers morceaux sur ordinateur ?

J’ai utilisé un player créé par Tony , je tapais les notes dans un éditeur de texte et c’est à peu près ainsi que j’ai toujours composais , je n’ai utilisé ni tracker , ni aucun logiciel de m.a.o et equivalent.

« Using a player that Tony had written, typing notes into a text editor, and that’s pretty much how it continued – I never bothered using trackers or any other software. »

A cette époque , les artistes qui te plaisaient et t’inspiraient  ?

Des centaines , mais en rapport avec le C64 , mes principales influences sur comment écrire des trucs avec un synthé furent Jean Michel Jarre , YMO et Rob Hubbard.

« Hundreds, but in terms of the C64, I suppose the main « how to write synthy stuff » influences were Jarre, YMO and Rob Hubbard:) »

As tu crée des œuvres pour la demoscene ?

Pas vraiment , quand j’ai commencé la demoscene n’existait pas , les quelques démos réalisées l’étaient dans un but de revente d’un point de vue technique.

Quel jeu t’as marqué  ?

Lequel ? Et bien je dirais que mon jeu favori à cette époque était Master of the lamps par Activision , j’y ai joué des jours et des jours.

« What – game ? My favourite game in those times was « Masters Of the Lamps » – I played for days and days. »

Qu’as tu ressenti de particulier en utilisant l’amiga pour composer ?

J’ai sentis que c’était le commencement de la fin de la chip music , l’utilisation des samples amenant tout autre chose , un nouvel horizon.

« I felt it was the beginning of the end for chip music – it was a completely different thing altogether, using samples. »

Une musique de jeu que tu aimais beaucoup ?

Dans Masters of Magic , sur des arrangements de Rob Hubbard. J’adorais les sons du genre « eeh-aww ».

« Masters of Magic, as arranged by Rob. Love those « eeh-aww » sounds. »

Une musique de jeu que tu as composé et que tu aimes encore aujourd’hui ?

Celle dont je suis le plus fière reste je pense la musique dans le jeu Trap.

« Trap, I think – my proudest moment. »

Pourquoi avoir quitté l’industrie du jeu vidéo ?

Le jour ou c’est justement devenu une industrie , quand tout cela n’était plus fait dans un esprit fun , pour l’amusement et le plaisir mais que le fait de faire du fric est passé avant tout le reste.

« Exactly that – when it became an « industry », I think. That’s when it stopped being fun for me – it was more about making money than making games. »

Present

Ben , quelles sont actuellement tes activités professionnelles et personnelles  ?

à titre profesionnelle : développeur principal pour : http://www.restorepoint.com
http://www.loscoestateopera.org

à titre perso  : Trés occupé depuis l’arrivée de notre 3 ème enfants ( 18 mois à ce jour ) , tout ce qui sont ou ont été concernés savent le degrés de fatigue que cela apporte !.

Quel est le dernier album de musique que tu a écouté et qui te plaise particulièrement?

Je suis très pointilleux à ce sujet et là tout de suite cela ne me vient pas , on en reparlera !

« Hmmm – I’m very picky:) Very difficult to say – I’ll get back to you on that ! »

Que ressens tu en jouant de la musique en Live ?

J’adore. J’ai commencé gamin et cela ne cesse d’etre de mieux en mieux.

« I love it. Been doing it since I was a boy, and it just keeps getting better. »

Quel est ton processus de création ( ambiance etc..) ?

Je n’ai pas vraiment de processus en tant que tel. Différentes ambiances , différents instruments produisent autant de musiques , d’atmosphères distinctes .
En meme temps quand tu es musicien profesionnel tu dois aussi accepter de créer ce que ton client te demande : ) .

« I don’t really have a « process » as such. Different moods and different instruments produce different music, I suppose, but part of being a professional is that at times, you just have to produce what the customer wants:) »

D’où proviennent tes sources d’inspiration?

De tout ce dont l’on vient de parler mais aussi de tout ce qui compose ma vie !. Mon inspiration n’est pas le reflet d’une seule chose mais un condensé de toutes les parties de ce que je suis .

« All of the above, and everything else in my life ! Inspiration doesn’t feel to me to be a single thing – it’s the sum of all the parts. »

Composes tu toujours sur ordinateur ?

Pas vraiment , je bidouille un peu tout au plus.

« Not really – I mess around now and again. »

Sais tu pourquoi beaucoup de gens continuent d’apprécier ,notamment au travers de remix, tes compos 8bits/16bits ?

Pour un paquet de raisons , la nostalgie , le fait d’apprécier le coté technique de la chose. Cela et aussi pour quelques cracking tunes : )

« Lots of reasons, I think – from nostalgia, to appreciation of the technical aspects genre. That, and some cracking tunes:) »

Que penses tu de la musique dans les jeux vidéo de nos jours ?

Tout cela est devenu très « professionnel « 

« It’s all very « professional »:) »

Que penses tu de l’industrie du jeu de ce début de XXI° siècle?

À peu prés la meme chose que ce que je pense de l’industrie du cinéma , une machine à fric.

« Much the same as I think about the film industry – it’s a huge machine for making money. »

Joues tu encore à des jeux et si oui lesquels ?

Trés rarement. Le dernier jeu qui m’ait beaucoup plu fut LA noire , et celui auquel je joue le plus souvent reste le Solitaire : )

« Very rarely. The last game I really enjoyed was LA Noire, but the game I play most often is still Solitaire:) »

Futur

Que n’as tu pas encore fait et que tu souhaites réaliser?

J’en sais rien et c’est ça qui est bien .

« I have no idea – that’s the beauty of it. »

Si tu avais les clefs d’un stade , quels seraient les artistes présent sur scène ?

« Weather Report c. 1978, supported by Fairport Convention & Gentle Giant:) »

Que peut on te souhaiter pour l’avenir?

« A Happy 150th Birthday, I hope! »

the Cave

The_Cave_Concept_Art

Pourquoi parler de ce jeu ici et pas de tous les autres qui sortent régulièrement sur différentes plateformes ?

Pourquoi pas …

En fait , une seule bonne raison , son créateur : Ron Gilbert.

Saut dans le temps , direction fin des années 80 ( époque supercopter tout ça ^^ ) .

Maniac mansion apparait sur nos écran de joueurs 16 bits … et c’est une claque… pas d’un point de vue visuel mais d’un point de vu gaming , en effet le scenario offre de multiples possibilités et les énigmes sont plutot tortueuses…le tout baigné dans un univers empli de références littéraires ou cinématographiques… bref pour le coup , ce jeu apportait vraiment quelque chose d’original .

Puis vint quelques temps aprés le délirant Zak Mc Kracken and the Aliens Mindbenders, rien que d’éditer un jeu avec un titre pareil donnait le sens de lecture … pour le reste celles et ceux qui ont joués savent… des énigmes à foison et des solutions souvent … à l’image du titre à savoir suréaliste , et encore et toujours un grosse dose d’humour.

Alors Pourquoi The Cave?

et bien on retrouve avec énormément de plaisir ce qui faisait le sel de ce type de jeux  » point and click  » , de l’humour et un savant dosage d’action plateforme ( sommaire mais présent ) et surtout d’énigmes.

Dans l’ére actuelle qui consiste souvent à rassurer le joueur avec des supers pouvoirs ( cheat ? cheat ! ) , à proposer des univers « ouverts » mais finalement trés scriptés et surtout à exclure la notion de Game Over ( et oui le respawn infini dans les jeux n’a pas toujours existé , pas plus que les soluces rapides sur Internet … finir certains jeux 16 bits relevait de patience et d’entrainement mais la satisfaction était elle aussi à la hauteur ) , dans cette ambiance ce type de jeu est un ovni car il faut réfléchir ! ^^

Pas besoin de le décrire , d’autres sites font cela trés bien .

En conclusion , meme si le studio a suivi le mouvement actuel en proposant des respawn infini , si vous faites l’effort de ne pas ceder à la tentation soluce en ligne , The Cave propose un challenge trés agréable , la réalisation est soignée , les personnages étrangement attachants , l’environnement sonore parfait .

Bref , tentez l’aventure et redecouvrez ce que c’est que d’etre acteur du jeu vidéo et non plus simplement spectateur ; )

Interview El Mobo aka Moby ( lui pas l’autre )

IMG_0558

Et un grand merci à fred pour ses réponses dans la bonne humeur … et cette fois pas de traduction ^^

Tout d’abord Fred , je te propose de nous livrer ton curriculum vitae afin de mieux faire connaissance :

J’ai commencé à « faire » de la musique « sérieusement » lorsque j’ai acquis mon premier Amiga en 1986, sur Aegis Sonix d’abord, puis Soundtracker.
Déjà contaminé par la demoscene grâce au C64 qui trônait dans ma chambre depuis quelques années, je me suis décidé à contacter un groupe pour leur proposer mes services. C’est ainsi que je rejoins Impact Inc. Par la suite, j’ai grossi les rangs de Alcatraz, Apology, Dragons, Dreamdealers pour finir par Sanity qui était à mon sens le meilleur groupe de demos sur Amiga. Une sorte de consécration quoi…

Puis au début des années 90, j’ai commencé, en freelance, à composer des musiques pour des jeux vidéo. Les premières furent pour Coktel Vision (No-Exit, Fascination et quelques autres).

Ensuite pour Atreid Concept (Tiny Skweeks, Paragliding,…). Atreid changea de nom pour devenir plus tard Kalisto Entertainement, et on m’y proposa un poste à temps plein en 1993. J’y ai composé la BO de quelques jeux très cools, comme Fury of the Furries, Pac in Time, Nightmare Creatures 1 & 2, Ultimate Race Pro, ou encore Dark Earth.

Début 2001, j’ai quitté Kalisto pour me remettre à mon compte. Ca a été pour moi le début de mes aventures sur consoles portables, d’abord Gameboy Color et Advance, puis DS et 3DS. Je suis toujours freelance aujourd’hui, mais j’ai un peu diversifié mes activités.

En effet, j’ai monté en 2004 un studio d’enregistrement/mixage/mastering, spécialisé dans le metal. J’y ai produit pas mal de groupes, tels que Eryn Non Dae, Gorod ou encore Otargos.

Et parallèlement à tout ça, un petit peu lassé par la froideur de la musique électronique, j’ai commencé à jouer de la basse en 1992. J’ai plus tard monté un groupe appelé PLUG-IN, avec lequel j’ai sorti un 5 titres et un un album qui est sorti l’année dernière (écoutable ici : http://pluginmetal.bandcamp.com).

En 2002, mon guitariste et moi avons été recrutés par le guitar-hero américain Ron « Bumblefoot » Thal pour quelques tournées européennes. Mais Ron Thal a depuis rejoins Guns n’Roses et n’a plus trop le temps de poursuivre sa carrière solo.

Aujourd’hui, j’alterne entre les musiques de jeux et le studio pour vivre. Et je tripote ma basse pour m’éclater sur scène avec les copains.


Le bon vieux temps :

Te souviens tu de ta première rencontre avec un amiga 500 ?

Je bavais sur les articles de presse sur l’Amiga depuis quelques temps quand j’ai finalement pu me l’offrir après 2 mois de job d’été. Quand il est arrivé à la maison, c’était la première fois que j’en voyais un de près.

Je n’avais rien d’autre que le workbench à faire tourner dessus, mais c’était déjà magique :). Quelques jours après, un contact m’a dégoté quelques disquettes de jeux. Les premiers que j’ai pu faire tourner étaient Sinbad et Defender of the Crown. J’en croyais pas mes yeux et mes oreilles… Inoubliable…

Quels ont été tes centres d’interets connexes ou annexes à l’informatique à cette époque ?

J’étais déjà pas mal branché par l’informatique, l’Amiga étant le 4ème ordinateur de la maison.
Avant, on avait eu un ORIC-1 qui fut remplacé par un ORIC ATMOS, qui lui même céda sa place au C64.
Les ORIC m’avaient ouvert à la programmation, et le C64 m’avait fait découvrir les démos et les jeux video. A côté de ça, j’étais déjà pas mal branché par la musique, que je pratiquais en autodidacte sur un orgue électronique, et que je consommais en achetant des vinyles. Très vite, je me suis orienté vers la musique plutôt rock, puis hard rock/metal. A côté de ça, je faisais (note l’utilisation du passé) pas mal de sport (hand-ball, badminton, volley-ball)…


Lors de ton processus de création musical, comment as tu nourri ton inspiration ( musiques , livres , cinémas, autres .. dans la mesure du raisonnable c’est un blog tout public ^^)

C’est une question très intéressante, et je t’avoue que je n’ai jamais vraiment réfléchi à ça…
Quand j’y pense, je me suis un peu mis à composer par hasard. J’ai toujours aimé la musique, depuis tout minot. J’ai toujours aimé tripoter des instruments, mais je m’en servais pour jouer des morceaux existants.

« Composer », je n’avais aucune idée de ce que c’était. La musique existait sans que je me dise « ah tiens, quelqu’un a composé ça. ». Je sais pas trop comment te dire… Ca faisait partie pour moi de ces trucs que tu prends pour acquis dans la vie. Des choses qui existent sans que tu te demandes d’où elles viennent.

Et aussi étonnant que ça puisse paraître, j’ai commencé à prendre conscience de l’acte de composer grâce aux musique de jeux, mais surtout grâce aux musiques de demos.

J’ai vraiment beaucoup de mal à exprimer ça clairement avec des mots, mais le fait de ne pas pouvoir mettre un visage sur l’interprète de la musique d’une demo comme je pouvais le faire sur un chanteur ou groupe lambda, m’a fait prendre conscience de l’acte d’écrire de la musique. Le fait qu’elle soit programmée et jouée en temps réel par un ordinateur l’a rendue tout à coup « logique » et « palpable ». Et par là même accessible ! Pas besoin de savoir lire ou écrire une partition, pas besoin d’être un virtuose sur son instrument.

Du coup, je pense pouvoir dire que mes principales sources d’inspiration lorsque j’ai commencé à faire de la musique sur mon amiga venaient des bandes son des jeux et des demos qui tournaient sur ma bécane. Je dis bien « faire de la musique », parce que « composer » me paraît un peu trop présomptueux par rapport à ce que je faisais à mes débuts. C’était surtout de l’expérimentation musicale, du trial and error…

Ensuite quand j’ai développé un peu mon sens de la composition (hum !), mon inspiration s’est un peu élargie à la musique que j’écoute, mais sans pour autant oublier les sources de la première heure. Je peux fièrement affirmer aujourd’hui être autant inspiré par Tim Follin que par Meshuggah !

Si tu devais nous raconter au coin du feu « the good old days » , quels souvenirs et anecdotes ont parsemé ton époque 16 bits ?

J’ai rencontré tellement de gens fabuleux grâce à la scene demo. On se rendait tous compte qu’on faisait partie d’un truc très spécial, et ça nous permettait de créer des liens forts hyper rapidement.

J’ai tissé des liens d’amitié très forts grâce à l’amiga avec des gens avec qui j’aime toujours autant passer du temps, même si on se voit beaucoup moins souvent qu’avant. Les soirées marathons à regarder les demos que l’un d’entre nous venait de recevoir… Les heures à attendre que le modem finisse de télécharger l’Odyssey d’Alcatraz (qui serait aujourd’hui téléchargée en moins de 5 secondes)…

L’excitation et l’anxiété quand la demo à laquelle tu as participé passe sur le grand écran pendant une compet de demo…
Les frissons quand c’est ta musique qui passe sur la mega sono…

Mon plus gros souvenir demoscenique reste d’être monté 2 années de suite sur la première marche du podium de la compétition musicale à The Party 92 et 93 au Danemark. C’est le truc qui m’a fait réaliser pourquoi je faisais de la musique. Pas le fait de gagner, mais les applaudissements, les gens qui viennent te dire combien ils aiment tes musiques.. Emotionnellement, c’était vraiment un grand moment.

C’est un peu là que j’ai commencé à prendre conscience que j’avais un public. A l’époque on n’avait pas internet, donc on n’avait aucun contact direct avec les autres sceners. On n’avait pas de feedback, pas de notion de l’impact que nos prods pouvaient avoir sur le public, ni même si public il y avait !

Ca a un peu changé quand les charts sont arrivés. Les Eurocharts par exemple. Cétait une sorte de magazine sur diskette qui sortait tous les 2 mois. Les gens votaient pour leurs demos, programmeurs, graphistes ou musiciens préférés. Mais attention, quand je dis « les gens votaient », c’était pas pour rire !

Aujourd’hui, les gens ont la flemme de cliquer sur le bouton like de facebook, mais à l’époque, ils envoyaient des bulletins de vote par la poste à l’autre bout de la planète pour dire quelle demo, quel musicien ou graphiste ils préféraient ! Je me souviens de mon émotion quand j’ai fais mon entrée à la 10ème place des Eurocharts à la sortie de la « Substance » de Quartex. Et quand je suis monté à la première place, j’en revenais pas… J’en ai presque chialé… 🙂


Es tu encore en contact avec des membres de groupes demoscene (plus particulièrement époque Amiga ) pour lesquels tu avais réalisé des compos ( Alcatraz , Sanity )

J’en ai retrouvé quelques uns grâce à Facebook, comme PGCS d’Alcatraz ou Tony de Dreamdealers… Je vois toujours de temps en temps Alan de Impact Inc (le premier groupe de demos Amiga que j’ai rejoins à la fin des années 80), ainsi que Freddox et Lokh de TSB et Dreamdealers.

Quand je monte à Paris, je me débrouille pour aller boire un coup avec ce bon vieux Audiomonster (The Silents). Ca doit être à peu près tout, mais je compte bien faire un saut dans une demo party bien old school dans pas trop longtemps pour revoir des vieilles têtes.


Le présent :

Comment composes tu maintenant tes morceaux de musique ( logiciels , instruments etc…) ?

Tout dépend de ce pour quoi je compose, et du style de musique que je compose.
Quand je compose pour des jeux sur DS par exemple, j’utilise essentiellement OpenMPT qui est ce que j’ai trouvé de plus compatible avec le format XM et qui tourne sur les versions récentes de Windows.

Quand je fais de la musique plutôt électronique j’ai tendance à me tourner vers Renoise, qui est sans doute le tracker le plus évolué que j’ai eu l’occasion d’utiliser. Il pilote ma batterie d’instruments VST à merveille.

Quand je compose de la musique plus rock ou metal, j’utilise Reaper avec mes instruments VST, auxquels j’ajoute mes basses et ma guitare 7 cordes. Reaper est ce qu’on appelle un Digital Audio Workstation. Tu peux tout faire avec, du MIDI, de l’enregistrement, du mixage, et même du mastering.

Quels sont aujourd’hui tes sources d’inspirations ?

Quand je compose pour moi, mes principales sources d’inspiration sont sans doute les groupes que j’écoute.
Sans dire forcément qu’ils m’influencent, des groupes comme Meshuggah, Cult Of Luna, Opeth, ou Textures me donnent envie de composer… Il y en a beaucoup d’autres, mais ça n’aurait pas beaucoup de sens de te remplir une page de noms de groupe obscurs… 🙂 En tout cas, « ma » musique, celle qui me représente le mieux, est à des kilomètres de ce que je peux proposer pour les jeux video.

As tu dejà eu l’occasion de te produire sur scène en solo pour interpreter des œuvres electroniques?

Non, jamais.
Les musiciens qui font de la musique électronique en live me font un peu sourire. Ils dansent derrière leur ordinateur, tournent 2-3 potards, mais en fait c’est l’ordinateur qui joue tout.

C’est pas vraiment ça que j’appelle du live, ou se produire sur scène. Pour moi, faire du live, c’est jouer d’un instrument, chose que 90% des musiciens électroniques ne font pas. Mais bon, ce n’est que mon humble avis. Mais je peux pas blairer les DJ. 🙂

Créer une musique pour un jeu , comment cela se passe t’il ?

Il y a plusieurs cas de figure. La plupart du temps, on m’envoie un document de game-design (en gros, un dossier de présentation du jeu) avec un détail des musiques à réaliser.

Parfois, on m’envoie aussi des morceaux qui peuvent me servir de source d’inspiration, mais ça a plutôt tendance à brider ma créativité qu’autre chose. Ca me prouve juste qu’on me contacte pas nécessairement pour ma créativité, mais plutôt pour que je copie celle d’un autre. C’est assez frustrant.

Après cette étape, je commence à travailler sur une paire de morceaux pour proposer une direction musicale, et quand elle est validée, on poursuit dans cette direction.
Là, peut se produire un cas de figure très énervant, que j’appelle le syndrome du double greenlight. Souvent, tu dois passer par deux étapes de validation. Tu peux très bien avoir le game designer ou game manager hyper enthousiaste sur ton boulot, qui trouve que c’est exactement ce qu’il faut pour le jeu, pour qu’ensuite le responsable marketing décide que non non non ça va pas du tout. Ca donne envie de casser des bras des fois.

T’interesses tu toujours de prêt ou de loin ..ou plus du tout , à l’activité de la demoscene ?

Oui, je suis encore un peu ça d’assez loin. J’essaye quand même de regarder les demos gagnantes des grosses parties, et je vais faire un petit tour sur pouet.net de temps en temps… Depuis quelques années, je reste scotché sur la «.rove » de Farbrausch 🙂

L’intégration de sons electronique fut , à une époque , considérée comme blasphématoire dans le style métal ( Iron maiden « Seventh Son of the seventh son » , excellent album au passage) , depuis les choses ont bien évolué . En ce qui te concerne , fais tu mentalement une distinction créative quand tu te penches sur la composition electro et la composition métal ?

Ah oui, c’était rigolo cette époque… 🙂 Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, l’électronique fait partie du metal.
Beaucoup de groupes de metal dit « extrême » utilisent des batteries triggées à outrance, et nombreux sont les groupes à utiliser des sonorités électroniques.

Les mélanges ne me dérangent pas plus que ça, quand c’est bien fait. Certains styles de musique électronique peuvent parfaitement s’apparenter au metal. On retrouve dans le dubstep par exemple certains éléments qui ont la lourdeur et l’énergie du metal. Korn ne s’y d’ailleurs sont pas trompés avec leur dernier album.

Pour ma part, ça ne me dérange pas du tout de mettre des éléments synthétique dans le metal, et inversement. Sur la musique du jeu Aliens Incursion sur iOS par exemple, dans un morceau ou deux, j’ai utilisé des codes du metal au niveau de la rythmique de batterie, mais la musique est entièrement électronique. En composant, j’ai fais comme s’il y avait des guitares, sauf que je ne les ai pas mises… 🙂

Le futur :

Le vinyle revient à la mode et tout porte à croire que nous aimons garder trace des choses…comment vois tu l’évolution de la musique electronique type remix retro , chiptunes et musiques de jeux ?

Je trouve ça rigolo ce retour aux sonorités chiptune.
Quand j’ai commencé à faire de la musique sur Amiga, mon but premier était justement de ne pas le faire sonner comme un ordinateur, mais plus comme un vrai groupe. Il faut avouer que les sons chiptune des Atari ST, Amstrad et compagnie, c’était quand même pas très agréable. A part pour le C64 dont le chipset sonore avait une vraie personnalité, l’unique intérêt des chiptune à l’époque, c’était d’avoir des fichiers musicaux de très petite taille pour économiser de la mémoire.

Aujourd’hui, on a des jeux avec des musiques chiptunes sous forme de mp3, ce qui en annule l’intérêt principal, à savoir la taille des fichiers.
Donc il faut croire que finalement, c’était pas si désagréable 🙂

Après, on je trouve que ça devient un poil trop systématique ce retour au chip. Aujourd’hui, tu as 2 jeux indé sur 3 avec des chiptunes, de plus ou moins bonne qualité d’ailleurs… Mais le chiptune est devenu tellement hype que tout le monde se fout que ce soient de bons morceaux ou pas. Du moment que c’est de la chip, c’est cool. Mouais…

As tu pour ta part des projets visant à fixer ton travail pour les amateurs et les collectionneurs ?

Je compte sortir courant 2013 un coffret collector contenant les musiques de Nightmare Creatures 1 & 2 (plus d’infos là => http://www.facebook.com/nightmarecreaturesproject ).

Ce sont sans doute les jeux sur lesquels je me suis le plus éclaté artistiquement dans toute ma carrière. J’ai régulièrement des demandes de fans qui voudraient savoir où acheter la BO, il est temps que j’agisse ! 🙂

A part ça, pas réellement d’autre projet. Je ne suis pas sûr d’avoir travaillé sur d’autres jeux suffisamment marquants pour mériter une sortie physique. Néanmoins, les collectionneurs de fichiers peuvent se rendre sur ma page bandcamp (http://elmobo.bandcamp.com) où j’essaye d’uploader au compte goutte, la plupart des OST que je juge au minimum « écoutables ». Mais je crois que tu avais déjà linké cette page sur ton blog.

Si tu devais imaginer un grand concert electro avec des artistes issus de la scene 16 bits, qui aimerais tu voir et entendre ?

Cette question se résume un peu à me demander qui étaient mes musiciens préférés sur Amiga, non ? 🙂 Je suis pas sûr que sur scène ça donnerait quelque chose, mais avec des gars comme Walkman, Dizzy, 4-Mat, Romeo Knight ou Peter Salomonsen, y aurait bien moyen de faire un truc qui pète !

Question 100% interessée , pense tu faire un remix de ton morceau sur l’Alcatraz 4 (part 18 , the last knight – the end ), que je considère légendaire , mais avec tes nouveaux outils ( tout en préservant la structure originale )

Ce n’est pas prévu DU TOUT 😀 ! En fait, je n’ai pas prévu de remixer mes anciens morceaux. J’ai toujours trouvé qu’en remixant des vieux modules Amiga, on en perdait le feeling original.
Si je dois faire des remix, je préfère carrément partir sur un truc complètement différent, comme je l’ai fait lorsqu’on ma demandé de remixer la musique de Fascination pour la compilation Amiga Immortal 4. Ca a donné un truc à des kilomètres de l’original : http://www.soundcloud.com/elmobo/fascination-2011-sea-of-love
Donc si je devais remixer de « The Last Knight », je suis pas sûr que le résultat te plairait… 🙂


Que puis je te souhaiter pour l’avenir ?

Que je trouve le temps d’enfin bosser sur un album 100% perso, sans pression extérieure. Ca fait 20 ans que j’en ai envie et que je repousse ça à demain…

copyright SonsOf16Bits january 2013

Entretien avec Allister Brimble

537593_4784417725835_1158865703_n

nom : Allister Brimble
profession : Compositeur de musiques orientés principalement vers et pour l’ industrie vidéo ludique.

C’est avec beaucoup de sympathie qu’Allister s’est preté au jeu de l’interview pour nous faire partager son histoire , ses passions et ce qui le motive aujourd’hui .
Une fois de plus et dans le soucis de respecter au mieux les paroles de l’auteur , j’intègre la V.O (100% Allister ) et la V.F (100% moi pour le pire ^^ )

Past

– Allister , peux tu nous dire quand et comment as tu commencé à composer de la musique sur ordinateurs ?

I was interested in computers and their games from an early age. To start with I wanted to be a programmer but I found it too difficult. However, I also played piano to quite a high level. I had been amazed by the music on the ZX Spectrum 128 and C64 and when I got my first Amiga, began to mix my piano playing skills with computer generated music !

Je me suis interessé aux ordinateurs et à leurs jeux à un age précoce . Au commencent je voulais etre programmeur mais j’ai finalement trouvé que c’était bien trop compliqué . J’ai également pratiqué le piano à un relativement haut niveau . J’ai été impressionné par la musique sur ZX Spectrum 128 et Commodore 64 et quand j’ai eu mon premier amiga , j’ai commencé à utiliser mes capacités de jeu au piano tout en integrant les sons générés par ordinateur.

– Quel genres de logiciels utilisais tu à cette époque?

I used a few packages but the most important were Aegis Sonix on which I created my original music demo’s for 17 bit software and soundtracker, later Protracker for which I made the musics to my first games.

J’ai utilisé plusieurs soft mais le plus important fut Aegis Sonix sur lequel j’ai crée mes compositions pour la société 17 bit software ainsi que Sountracker , plus tard j’ai utilisé Protracker afin de réaliser les musiques pour les premiers jeux auxquels j’ai participé.

– Quels étaient alors tes sources d’inspiration ?

I was amazed by some of the soundtracks of Rob Hubbard, Tim Follin and David Whittaker. Alongisde the synth musician, Jean Michel Jarre these musicians inspired me to create my own music for games. My inspiration also came from the sound hardware on the Spectrum and C64, the SID & Paula chips. Amiga could play back four samples at once which was amazing and allowed a whole new generation of musicians !

J’ai été très fan de morceaux réalisés par Rob Hubbard , Tim Follin et David Whittaker. A coté de cela des artistes axés sur la création de musiques dites « Synthétiques » ,comme Jean Michel Jarre par exemple , m’ont influencés dans mes propres créations pour les musiques de jeux. Mon inspiration a également été nourrie par les capacités du Hardware sur Spectrum et commodore 64 notamment leurs puces sonores respectives : la Sid (commodore 64 ) et Paula ( amiga ) . L’Amiga pouvait à ses débuts , graçe à ses capacités et des trackers performants , jouer jusqu’à 4 pistes audio en simultanné , cela permis la naissance de toute une génération de musiciens .

– As tu composé pour la scene demo Amiga des débuts ?

I wrote music for public domain software, which many class as demo’s. It was 17 bit software who started this for me. They distributed their disks of music, graphics and programs all for the price of the disk and I composed many tunes for them. Leter 17 bit software turned into Team 17 and I created the music for their first games .

J’ai écris des morceaux pour le domaine publique que beaucoup considèrent comme partie intégrante de la scene demo. Tout a commencé avec 17 bit software . Ils diffusaient des disquettes intégrant des créations sonores , graphiques et divers programmes , le tout pour le prix du support de l’époque ( disquette ) et j’ai composé beaucoup de titres pour eux. Ensuite ils sont devenus Team 17 et j’ai continué à participer en créant les musiques de leurs premiers jeux.

– Quels souvenirs as tu gardé de cette époque que ce soit des personnes , la scene demo , les jeux etc…

Most important were of course the people !

Martyn Brown – Martyn gave me my first chances and 17 Bit and Team 17 Software

David & Richard Darling from Codemasters – Gave me a chance to write music for my first games and gave me a PC and NES on which to do it !

Wally Beben – Gave me a sound driver for the C64 and showed me how to use it ! This gave me many of the skills I would need later

David Whittaker – Sold me his sound drivers for many formats including SNES. This allowed me to get into Nintendo music later on !

Les personnes étaient la composante essentielle !

Martyn Brown , il me donna mes premières chances en étant à l’origine de la création de 17 Bit et Team 17.

David & Richard Darling de Codemasters , ils m’ont donné la chance d’écrire des musiques pour mes premiers jeux en m’offrant aussi un PC et une NES avec lesquels composer !

Wally Beben qui m’a donné le materiel adequate pour commodore 64 et m’a montré comment m’en servir ! Ceci m’a permis d’acquerir des techniques qui me seraient necessaire plus tard.

David Whittaker , il m’a vendu sa suite sonore ( codes , soft ) adaptable à plusieurs formats notamment la SNES. Cela me permis par la suite d’intégrer le monde de la Nintendo afin de créer de la musique pour ce système .

– Si tu devais décrire l’Amiga 500 aux jeunes d’aujourd’hui , que dirais tu ?

It was a giant leap forwards in computing which brought us from the simple 8 bit games to the modern era of games ! It had 10 times the RAM, graphics and sound quality of anything before it of comparable price. For music it allowed 4 channels of real time sample playback, something that was new to games. Many musicians in the charts today learnt to write music on the Amiga !

Ce fut un pas de géant dans le monde des ordinateurs qui nous ammena du simple monde des jeux 8bits vers une nouvelle ère pour le gaming ! Il avait une puissance Hardware décuplée , plus de RAM , des capacités graphiques étonnantes , et une qualité de son inégalé à l’époque , surtout ramené à son niveau de prix .
Coté musiques , il permettait l’utilisation en temps réel de 4 pistes ce qui pour les jeux était véritablement nouveau.
Beaucoup de musiciens actuels dans les classements de ventes d’albums ont appris à composer graçe à l’Amiga !

– Quand et comment es tu devenu un musicien professionnel orienté jeux vidéos ?

I had made many demo’s for 17 Bit Software, a Public domain company which performs a similar function to Youtube, by allowing musicans and artists to show off their works for free. I made a good name for myself and was soon asked to write the music for some games for Codemasters. Soon after 17 Bit software became Team 17 who created Full Contact, Alienbreed and Superfrog. The rest is history !

J’ai fait beaucoup de compositions pour 17 Bit Software , une société alors spécialisée dans l’édition pour le domaine publique qui agissait à l’époque un peu comme youtube aujourd’hui en permettant à des artistes de faire connaître leurs créations gratuitement.
J’ai fini par me faire un nom graçe à cela et j’ai alors été contacté pour composer de la musique de jeu , notamment par la société Codemasters. Quelques temps aprés 17 Bit software est devenue Team 17 à l’origine des jeux Full contact , Alienbreed et superfrog…. ensuite , c’est l’histoire et ce qu’elle est devenue .

Present

-Comment composes tu ( outils , logiciels , instruments … ) ?

I use Cubase 5 with a range of VSTi instruments. In years gone by I needed a whole room full of studio equipment but today its all on one PC !

J’utilise Cubase 5 en y intégrant une large gamme d’instruments virtuels. Il y a encore quelques années j’avais besoin d’une pièce entière pour stocker tout le matériel , aujourd’hui , un seul PC suffit !

-Peux tu nous parler plus à fond de ta société orchestralmedia.co.uk ?

It is a company I set up, working with another musician, Anthony Putson to take on current game projects. These projects are much bigger than before so it needs two people. You can take a look at our demos and portfolio on the website for more information.

C’est une société que j’ai créée en collaboration avec un autre musicien , Anthony Putson, afin de prendre en charge des projets de jeux. Ces projets sont devenu bien plus important qu’avant alors il était necessaire d’etre deux. Vous pouvez retrouver nos travaux directement sur notre site web.

– En quoi la création sur des supports tels que la nintendo DS diffère de la composition pour PC ( ou Amiga ) , quels outils utilises tu ?

For PC, I write everything using my studio setup, however for DS and 3DS I choose to compose all of my tunes in the same way as in the Amiga days.. on a tracker ! DS & 3DS have limited sound channels and trackers are perfect for seeing space left in the music so you can optimize it perfectly !

Pour PC , je compose mes morceaux en utilisant mon propre studio , pour ce qui est des supports DS et 3DS je fais cela à l’ancienne , comme sur Amiga , je compose à l’aide d’un tracker ! DS et 3DS ont des pistes sonores limités aussi les trackers permettent d’avoir une vision claire pour optimiser au mieux l’espace disponible .

– Comment se déroule ton process de création pour l’environnement sonore et musical d’un jeu ?

I am a big games player so its always inspiration from the game itself ! Even if its a poor game the graphics can be of great help.

Je suis un gros gamer , le jeu lui meme est donc une source d’inspiration pour moi . Ensuite et meme s’il est très moyen , l’environnement visuel ( graphismes ) peut m’aider grandement.

– Pratiques tu un instrument de musique classique ?

I play classical piano, especially Chopin & Liszt

Je joue de la musique classique au piano , particulièrement des œuvres de Chopin et de Liszt.

– Composes tu pour d’autres secteurs que celui de l’industrie vidéoludique ?

Only once.. I wrote music for a new indoor theme park in Abu Dhabi, Saudi Arabia !

Une fois seulement…j’ai réalisé de la musique pour un parc à thème en intèrieur à Abu Dhabi , aux Emirats Arabes unis!

-Tu travailles actuellement aussi sur un projet Kickstarter , peux tu nous en dire plus , comment t’es venu l’idée , que souhaites tu partager avec ceux qui s’y interesseront , comment se déroule la partie technique ?

I watched Chris Huelsbeck make a kickstarter project for his Turrican album. It showed me there were many Amiga fans still out there. The idea behind my project is to keep alive the memories of those great Amiga games that I was lucky enough to write the music for. Games like, Project X, Alien Breed and Superfrog we all have their music brought up to modern day quality so you can listen to them on your hifi. The challenge is to keep the memory alive but at the same time make them very modern so I will include some retro elements and sounds that everyone remembers. It will be on a double CD album.

You can find my project at http://www.kickstarter.com/projects/2059538678/the-amiga-works

J’ai vu que Chris Huelsbeck réalisait un projet Kickstarter pour son Album Turrican . Cela m’a montré qu’il existe encore beaucoup de Fans de l’époque Amiga .
L’idée sous jacente principale de ce projet est de garder une traçe , un souvenir de ces supers jeux sur Amiga pour lequels j’ai eu la chance d’écrire les musiques.
Des titres de jeux comme Project X , Alien Breed ou encore SuperFrog , le désir est de pouvoir permettre de les écouter avec une belle qualité de son sur les supports audio actuels .
Le challenge est de retrouver le style des morceaux de l’époque et en meme temps de proposer des versions plus modernes de ceux-ci , c’est pourquoi j’intègrerai des éléments rétro en terme de tessiture sonore afin de permettre aux amateurs de la première heure de retrouver l’esprit originel.
Ce sera dispo en double album CD.

projet en ligne : http://www.kickstarter.com/projects/2059538678/the-amiga-works

– Participes tu parfois à des session Live pour des festivals electro ou autre et d’ailleurs cela t’interesse t’il ?

I go to Sundown Amiga party sometimes but not much else. I leed a pretty quiete life 🙂

Je me suis rendu quelques fois au Sundown Amiga party mais pas vraiment d’autres évenements dans le genre . J’aspire à une vie calme maintenant 🙂

– Si tu devais imaginer un concert revival de l’époque 16 bits , quels artistes aimerai tu voir et entendre ?

1. Tim Follin.. the greatest ever !
2. Chris Huelsbeck.
3. David Whittaker.. great on the Amiga !
4. Richard Joseph (RIP) – some of the greatest Amiga tracks ever.

Future

– Quel(les) sera(ont) ta(es) prochaine(s) production(s) ?

I have worked long and hard on a new game called Fluidity Spin Cycle from Nintendo. It will feature music & sound effects from my company. The Sound Effects are real time generated to create a random organic feel to the game and the music is done on a tracker  in the same way as Amiga ! The game is out any day now for 3DS on download !

J’ai travaillé dur sur un nouveau jeu pour Nintendo nommé Fluidity Spin Cycle.
Il sera composé de morceaux et de Sfx en provenance de ma société .
Les effets sonores sont générés en temps réel pour créer une atmosphère aléatoire organique pour le jeu et la musique a été faite sur ​​un tracker de la même manière que sur l’Amiga!
Le jeu est disponible depuis peu en telechargement sur l eshop Nintendo!

– Quel est selon toi , la prochaine étape dans le monde du jeux vidéo

For games as a whole we are looking at true virtual reality.. glasses but you turn your head and you can look round the landscape ! I think music will become more interative with instruments and settings that can be changed in real time. In some ways it will be like the old days of C64 / Amiga where everything is generated by the computer instead of pre-rendered.

Comme la plupart des gamers j’attends la possibilité d’une expèrience immersive de réalité virtuelle …par exemple par l’intermediaire d’un casque audio et visuel ( lunettes de réalité virtuelle ) qui permettrait au jeu de réagir en fonction des mouvements de la tete tout en paramettrant en temps réel l’environnement graphique et sonore du jeu . Je pense que la musique deviendra bien plus interactive avec ses composants et que les paramettrage pourront s’ajuster en temps réel. D’une certaine façon ce sera un peu comme avant sur C64 ou Amiga quand tout était généré par l’ordinateur en realtime ou lieu des habituels et présents pré-calculé .

– Des projets en tant que compositeur qui ne relèvent pas de l’univers gaming ?

No I haven’t done anything except the Theme park in Abu Dhabi that I mentioned before.

Non , je n’ai pas réalisé (hormis le parc à theme ) de travaux musicaux en dehors du secteur informatique.

– Que puis je te souhaiter pour les prochaines années ?

To create the music for some really big games would be great. I would also like to compose more music to be played by a live orchestra.

De créer des musiques pour des jeux qui deviennent ensuite des BlockBusters , ce serait vraiment bien. J’aimerai également composer des morceaux qui puissent etre joués par un orchestre symphonique.

encore merci à toi et à bientot Allister.

cheers from France.

Copyright december 2012 , sonsof16bits.wordpress.com

Entretien avec 4-Mat

Matt Simmonds aka 4-mat , acteur incontournable de la demoscene du XX° siècle.
Professionnel du son pour l’industrie vidéoludique .
Artiste principalement orienté electro/chiptune.

Nouvel Album : Sans Titre, à découvrir rapidement , toujours dans le style qui caractérise son oeuvre mais de plus en plus sensible par certains aspects (j’oserai meme le terme de : Romantisme ).

C’est avec beaucoup de gentillesse que matt a accepté de se preter au jeu de l’interview avec quelques réserves sur certaines questions de part des termes contractuels qui l’engagent , et cela se comprend bien volontier.

Afin de ne pas trahir ses propos , je vous les citent en version original intacte et vous propose une traduction à ma sauce (donc certainement non dénuée d’approximation ^^ )

Intro

-Matt, comment as-tu appris la musique ?:

I’m self-taught, had an old piano and a Commodore 64 in the house when I was growing up. Those basically taught me music theory and audio synthesis.

En autodidacte , j’avais un vieux piano et un Commodore 64 à la maison pendant que je grandissais.Ils m’ont permis l’apprentissage des bases théoriques de la musique et du travail audio.

Back to the Old time :

-Te souviens-tu quand et comment t’es venu l’envie et le plaisir de composer de la musique ?:

I used to write my own ‘sound drivers’ on that Commodore 64 in BASIC. Typing hundreds of DATA statements in to play back songs, years later I still have to type hundreds of data statements in working on games, the languages change but the practical side does not.

J’ai commencé par écrire en Basic (langage informatique ) sur Commodore 64 mes propres « sound drivers ». J’ai du taper des centaines de lignes de code pour pouvoir faire jouer des morceaux , des années plus tard j’ai continué à faire de même quand j’ai travaillé sur les jeux vidéos, les langages changent mais pas la façon de faire.

-Quelles ont été tes principales sources d’inspiration ( livres , cinémas )

In the old days it would be the usual C64 guys (Hubbard, Galway etc.) , real music would be whatever I was listening to then. (which would be Talking Heads, Frankie goes to Hollywood and probably some hiphop) Not so much books or movies back then.

Principalement les compositeurs de l’époque Commodore 64( Hubbard , Galway …) mais aussi des groupes comme Talking Heads, Frankie goes to Hollywood et aussi un peu de Hip Hop.
Peu de livres ou de films.

-Comment décrirais tu l’Amiga 500 en quelques mots ?.

At Blip Festival I said it was the probably the first machine that let kids make sampled music for a cheap price, I’d stick by that.

Au Blip Festival j’ai dit que c’était probablement la première machine qui permettait aux gamins de réaliser de la musique à base de samples avec un budget de presque rien.

Present Day :

Aujourd’hui tu composes des albums , que personnellement j’apprécie énormément :

-Comment les réalises-tu ? ( computer , software ….)

Pretty much the same way I created my old PC modules. I still use FastTracker 2 in Dosbox to write the music. The big change I suppose is I use mastering tools and sometimes extra instruments to fill out the sound.

A peu prés de la même manière qu’à l’époque quand je composais des modules sur PC.
Je continue d’utiliser FastTracker 2 par le biais de Dosbox pour écrire ma musique. Le changement le plus probant est que j’intègre des outils de mastering (traitement audio et production )et parfois des instruments additionnels pour enrichir le son.

-Tes sources actuelles d’inspiration ?

It changes between albums, I listened to a lot of Bowie, J Dilla and Talk Talk before making the last one.

Elles évoluent au grès des albums , pour le dernier nommé ‘ sans titre ‘ j’ai beaucoup écouté Bowie , J Dilla et Talk Talk.

-Dans ta démarche artistique , que souhaites-tu partager avec les personnes qui t’écoutent et t’apprécient ?.

I’m trying to get the focus away from it being «chipmusic» and over to « just music ». I particularly enjoy it when my tracks appear on playlists and mixtapes where the rest of the music isn’t « chipmusic », as such. I think there’s a tendancy in this scene to focus too much on hardware or the creative process, which outside of the scene isn’t particularly interesting in my opinion.

J’essaye de garder à l’esprit que mes créations ne doivent pas se cantonner à etre uniquement de la chiptune mais de la musique au sens large du terme. J’apprécie tout particulièrement quand mes morceaux apparaissent sur des playlists ou des mixtapes sur lesquelles les autres morceaux ne sont pas de la mouvance chiptune. Je pense qu’il y a une tendance trop forte dans le milieu de la chitpune à se focaliser principalement sur l’aspect technique de la composition ( hardware ) ce qui , une fois sortie du contexte / milieu , n’est finalement pas particulièrement intéressant selon moi.

-Composes-tu également de la musique autre qu’électronique ?

Yes, for work and for fun.

Oui , pour le boulot et le plaisir.

-Quels sont tes autres centres d’interet ?

I read a lot, code the occasional thing, work takes up most of my other time.

Je lis beaucoup , programme occasionnellement , mon boulot étant très chronophage.

Tu fais également des set/concert ‘live ‘ ( bleep festival for example ) :

-Comment te sens-tu dans l’expérience ‘Live’ ,en prestation devant un public ?

Not particularly comfortable doing the live stuff yet to be honest, I need to think about what I’m trying to achieve there still.

Honnêtement , je ne suis pas très à l’aise pour le moment avec ce type de performances , j’ai besoin de penser , rester très concentré sur ce que je fais durant le set.

The Future :

-As-tu d’autres projets de performances Live ?

Nothing planned, too busy.

Rien de programmé à date , trop de boulot.

-Selon toi , quel serait un beau Set Live de musique electro ?

Hmm I don’t know, I wouldn’t mind seeing Goto80 live.

Je ne sais pas trop mais ça ne me déplairait pas de voir Goto80 en ‘live ‘.

-Quand sera disponible  ton prochain album ?

It came out last week and is called « Sans Titre ».

Il est disponible depuis le 19 novembre et se nomme ‘ Sans Titre ‘

-Dans le cadre de ton activité professionnel , quel sera le prochain jeu bénéficiant de ton travail musical.

Ah, I’m not allowed to say what it is as it’s still in production, sorry.

En fait je ne suis pas autorisé à en parler encore car c’est toujours en phase de production , désolé.

Merci et salutations de France matthew !.

copyright : November 2012 , sonsof16bits.wordpress.com

Nouvelle production au 03/12/2012 : closure ( sans tritre bonus tracks)